Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Des premières moissons en demi-teinte

Élevage

Bien-être animal, le camion abattoir trace sa voie

Politique

Accord européen « historique », quelle part pour l’agriculture ? 

Politique

Le nouveau Premier ministre précise sa vision de l’agriculture

Alimentation

Le bio présent sur 2,3 millions d’hectares

Alimentation

Le bio présent sur 2,3 millions d’hectares

Plus rien n’arrête le bio ! Selon les chiffres présentés par l’Agence bio, le 9 juillet, le secteur est toujours en très bonne forme. Le chiffre d’affaires du marché s’élevait à 11,93 milliards d’euros en 2019, en hausse de 13,5 % par rapport à 2018. Par ailleurs, 8,5 % des terres sont désormais converties en bio.

Par Laure Hänggi - Publié le 09/07/2020 à 16:07

Commenter

Partager :

Pour l’année 2019, les chiffres du bio sont « très bons ». Le Président de l’Agence bio l’a annoncé dès le début de sa présentation de l’état du marché, lors d’une conférence en ligne organisée le 9 juillet. Le chiffre d’affaires du marché bio s’établit ainsi à 11,93 milliards d’euros en 2019, soit une progression de 13,5 % par rapport à 2018. Concrètement, la consommation de produits bio a doublé en 5 ans, qui représentent désormais 6 % des paniers des ménages.

La SAU multipliée par deux en cinq ans

Les surfaces continuent elles aussi de gagner du terrain. En 2019, 8,5 % de la SAU est en bio, soit 2,3 millions d’hectares. C’est deux fois plus qu’il y a 5 ans. Une dynamique qui se ressent aussi à l’aval de la chaîne de production. « Tous les secteurs ont recruté, nous constatons une hausse de l’emploi de 15 % », précise le président de l’Agence bio. La France est ainsi le deuxième pays européen, derrière l’Espagne, en termes de surfaces converties. « L’objectif de la Commission européenne est d’avoir 25 % de la SAU européenne en bio en 2030, cela nous paraît atteignable mais la France doit s’emparer de cet objectif indique Philippe Henry. Nous allons aussi mettre le focus sur l’accompagnement technique des agriculteurs qui prennent des risques en passant au bio. »

Etudier l’évolution des circuits courts

Avec 55 % des ventes s’y opérant, grande distribution est encore le circuit de distribution principale. La vente directe se stabilise à 11% des ventes, sans réelles évolutions d’une année sur l’autre. « La vente directe existait déjà, mais la période a rapproché les gens, ce modèle a le vent en poupe. Nous allons mettre l’accent sur ce sujet pour voir si cette tendance se confirme dans les prochaines mois. » La tendance est la même du côté des importations de produits bio, qui restent à un niveau identique à 2018, à 33 %.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “Le bio présent sur 2,3 millions d’hectares”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *