Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
ÉconomieInitiative

Des agriculteurs bretons et mayennais à la recherche de financeurs pour rémunérer leurs services environnementaux

Initiative

Deux semaines à vélo pour des rencontres entre agriculteurs et consommateurs

Initiative

« Hectar propose des formations agricoles avec une approche projet », selon son directeur

Élevage

Alexis Phelut, finaliste des JO de Tokyo et agriculteur à temps partiel

Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Modes de production

Le domaine de Chambord accueille sa première transhumance

Réputé pour son château, le domaine de Chambord est engagé depuis une dizaine d’années dans la conversation d’espèces locales et souhaite redonner un caractère agricole à ses espaces. Le 21 octobre, la première transhumance du troupeau de brebis solognotes a eu lieu au sein du domaine.

Par Laure Hänggi - Publié le 22/10/2020 à 17:08

Commenter

Partager :

S’étendant sur 5440 hectares, le domaine national de Chambord est le plus grand parc clos d’Europe. Il fait partie des près de 1800 sites Natura 2000 français, dont l’objectif est de mieux prendre en compte les enjeux de biodiversité dans les activités humaines. 200 hectares de terres agricoles, dont 160 hectares de prairies, couvrent une partie du domaine. Le domaine a constitué cette année un troupeau de 50 brebis solognotes en éco-pâturage, pour entretenir ses prairies. La première transhumance à travers les espaces du domaine, était organisée le 21 octobre. L’objectif est de faire grandir le troupeau et accueillir à terme 200 brebis.

Renouer avec le passé agricole du domaine

Depuis une dizaine d’années, des efforts sont déployés pour reconnecter le domaine avec son passé agricole. Lors de sa création, il y a 500 ans, et jusqu’au XIXe siècle, plusieurs dizaines de fermes étaient installées sur ce territoire. C’est dans ce cadre que Chambord s’est engagé dans la conservation d’espèces locales, telle que l’abeille noire de Sologne. Une quarantaine de ruches est installée sur le domaine. Par ailleurs, un vignoble biologique et des jardins potagers ont été créés. La production de fruits et légumes est commercialisée en circuit court afin de s’inscrire dans une dynamique de territoire. Des paniers sont ainsi proposés.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *