Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Lancement de huit fermes ambassadrices en Île-de-France

Pesticides

Pour la FNH, les financements seraient insuffisants pour réduire l’utilisation de pesticides

Cultures

Lancement de l’initiative Cap Chanvre pour favoriser le déploiement de la culture en France 

Energie

Signature d’une charte de bonnes pratiques sur l’agrivoltaïsme

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Pesticides : Cash Investigation, émission réactiogène

L'émission Cash Investigation consacrée aux pesticides, diffusée le 2 février, n'a pas manqué de faire réagir. Politiques, professionnels de la protection des plantes et ONG ont fait connaitre leur position sur l'enquête menée par les journalistes France 2.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 04/02/2016 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=
Les réactions ont fusé suite à l’émission Cash Investigation consacrée aux pesticides.

« Reportage à charge » ou « très bonne enquête fouillée et construite » ? Les réactions ont fusé. L’émission Cash investigation, diffusée sur France 2 le 2 février, dresse un panorama inquiétant sur la présence de pesticides dans l’environnement.

Les industriels listent les omissions du reportage

Les entreprises du secteur de l’agrochimie, par la voix de l’UIPP, Union des industries de la protection des plantes, ont réagi en dressant une liste des « omissions » des journalistes. Parmi ces oublis, deux grandes études publiques sur le lien pesticides-santé, l’une américaine sur 50 000 agriculteurs, et l’autre française sur 180 000 personnes, qui établissent que les agriculteurs vivent plus longtemps que la population générale. L’UIPP déplore également que le reportage n’évoque pas la diminution de 45 % de l’utilisation des produits depuis la fin des années 1990, la toxicité divisée par 8, ou encore l’accompagnement de plus en plus poussé des pratiques agricoles. « La science et les décisions des autorités s’imposent aux entreprises, et non l’inverse », réagit encore l’UIPP, alors que Cash Investigation suggère une agrochimie toute puissante.

Les ONG veulent impulser le changement

De fortes réactions, mais dans un autre registre, du côté des ONG. Greenpeace se joint à la Fédération nationale de l’agriculture bio (Fnab) pour réclamer, sur la base des constats du reportage, une facilitation de la conversion et du maintien en bio pour les agriculteurs souhaitant changer leurs pratiques et renoncer aux produits phytosanitaires. Génération future, dont un spécialiste est interrogé dans l’enquête, se félicite de la diffusion du documentaire et réaffirme sa détermination à continuer son travail et ses projets « contre les pesticides ».

Les politiques rappellent leur action

Du côté des politiques, on affirme être déjà en action. Interpellé dans Cash Investigation, Stéphane Le Foll précise ainsi qu’Ecophyto 2 prévoit la division de l’usage des pesticides par deux d’ici à 2025, et son intention de sanctionner les distributeurs agricoles qui ne réduiraient pas leurs ventes de produits phytosanitaires de 20 % dans cinq ans. Sur France Inter, le 3 février, Ségolène Royal a de son côté rappelé son combat pour le « zéro phyto » dans les espaces publics, et pour interdire les épandages aériens. « La France peut devenir le premier pays producteur et consommateurs de produits de substitutions aux pesticides », a-t-elle encore lancé.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *