Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Educ’Agrifood, lancement d’une consultation nationale sur l’éducation à l’alimentation

Bio

Malgré la crise sanitaire, les consommateurs de bio toujours au rendez-vous

Politique

Le Conseil d’Etat juge « illégal » l’étiquetage de l’origine du lait

Labels

Zéro résidu de pesticides, des ventes en hausse en 2020

Initiative

Un tour de France en tracteur pour rencontrer les « agri’novateurs »

4 pour 1000, quels bénéfices du stockage du carbone dans le sol ?

Dans un rapport rendu public le 8 septembre, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a évalué les impacts économiques et environnementaux de l’augmentation de 0,4 % de la teneur en carbone des sols, telle que fixée dans l’initiative 4 pour 1000. Les chiffres avancés sont conséquents.

Par Laure Hänggi - Publié le 17/09/2020 à 17:58

Commenter

Partager :

L’initiative « 4 pour 1000 » a été mise au point par des chercheurs de l’Inrae il y a une vingtaine d’années. Celle-ci affirme que l’augmentation de la teneur en carbone de 0,4 % dans les sols permettrait d’enrayer l’augmentation annuelle de la quantité de CO2 dans l’atmosphère. Depuis 2015, la France s’est saisie de cet enjeu en développant des réseaux de fermes pilotes pour tester les pratiques pouvant permettre d’atteindre cet objectif d’ici à 2050. En plus de ses impacts environnementaux non négligeables, cette augmentation des quantités de carbone stocké dans les sols aurait également des bénéfices économiques. C’est ce que souligne un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), publié le 8 septembre. Selon le document, cette capacité de stockage supplémentaire équivaudrait à un milliard de tonnes par an, soit 10 % des émissions mondiales de carbone d’origine humaine. L’économie représentée par ces chiffres serait colossale : près de 600 milliards de dollars chaque année sur la période 2020-2050. Les rendements agricoles bénéficieraient également de cet effort, avec des hausses annoncées en maïs (+23,4 %), blé (+22,9 %) et riz (+ 41,9 %) équivalentes à 132 milliards de dollars.

Rémunérer les services rendus

Cette augmentation de la teneur en carbone des sols aurait également un impact bénéfique sur l’accès à la ressource en eau. Elle permettrait aux sols de stocker 37 milliards de m3 d’eau en plus, réduisant de 4 % les besoins en irrigation au niveau mondial. Cela représenterait une économie de 44 milliards de dollars. Pour aboutir à ces résultats, le document plaide pour la montée en puissance de pratiques agroécologiques, comme l’agroforesterie, l’agriculture de conservation, l’utilisation de fumier ou de paillage. Pour faciliter cette transition, l’UICN appelle à ne plus penser à l’agriculture uniquement en termes de nourriture, mais de « récompenser ces services supplémentaires que les agriculteurs fournissent à la société ».

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *