Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Quelle est la part de la génétique dans la capacité des poules à faire face aux stress liés à leur environnement, et notamment ceux dus au changement climatique ? Une étude scientifique publiée le 20 avril, et basée sur le suivi de 77 000 poules, répond à cette question.

Par Eloi Pailloux - Publié le 03/05/2022 à 18:22

Commenter

Partager :

Pour faire face aux changements climatiques, la sélection génétique est l’un des recours des filières d’élevages avicoles. C’est l’une des conclusions d’un travail mené en partenariat par l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), l’université de Wageningen (Pays-Bas) et l’entreprise de sélection Hendrix Genetics (Belgique). L’étude à laquelle ils ont collaboré a été publié le 20 avril dans Genetics Selection Evolution.

77 000 poules suivies sur 58 semaines

Les chercheurs n’ont pas lésiné sur les moyens. Les données de pas moins de 77 000 poules ont été analysées : 60 000 des races White Leghorn et Rhode Island, et 17 000 issues d’un croisement entre ces deux lignées utilisées dans les programmes de sélection. Pendant 58 semaines, leur rythme hebdomadaire de ponte a été suivi, sachant qu’un ralentissement de ce rythme est souvent le signe d’un problème lié à l’environnement de l’animal. Trois critères ont été déterminés :

Enseignements précieux pour le bien-être animal

Verdict : environ 10 % de la variabilité de ces trois indicateurs sont d’origine génétique, et donc héritables. Les programmes de sélection des poules pondeuses peuvent donc permettre de jouer sur ces 10 %, et ainsi avoir un impact non négligeable sur la résilience des animaux. Et cela ne concerne pas seulement la productivité, via le nombre d’œufs pondus par individu, mais aussi le bien-être être animal, à travers une moindre souffrance face au stress.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.