Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

La baguette à 29 centimes de Leclerc ne passe pas au sein du secteur agricole

Élevage

Élevages d’insectes, un secteur qui grouille de perspectives

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Reprise des essais sur l’impact du maïs OGM sur le sang des vaches laitières

Par Campagnes & Environnement - Publié le 20/11/2004 à 00:00

Commenter

Partager :

Une alimentation composée de maïs ensilage transgénique n’impacte pas le lait des vaches, mais qu’en est-il du sang ? Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (1) (CNIEL) va financer une telle étude, les essais seront conduits sur deux troupeaux de 24 vaches du Maine-et-Loire. L’un est nourri avec de l’ensilage de maïs traditionnel, l’autre avec du maïs Bt, contenant un gène modifié résistant à la pyrale (2).

Ces essais poursuivrent une expérimentation menée entre 1998 et 1999. Le lait de ces vaches avait été analysé et aucune trace d’OGM n’avait été trouvée.

Il s’agit de poursuivre une expérimentation menée entre 1998 et 1999. Toutefois, les analyses sur le sang avaient été suspendues, faute de financement. Le ministère de l’Agriculture refusait de fournir les 70 000 euros nécessaires. “Nous avons relancé le ministère à plusieurs reprises mais on nous a répondu que ce n’était plus d’actualité. Aujourd’hui, on va pouvoir aller au bout de notre engagement”, se félicite Jean-François Cesbron, président de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire.

(1) Le CNIEL regroupe les acteurs de la filière lait, producteurs, coopératives et industrie.

 (2) L’adulte de la pyrale du Maïs (Ostrinia nubilalis) est un papillon de 2 à 3 cm d’envergure qui dépose ses oeufs sur la face inférieure des feuilles. Après éclosion, les jeunes chenilles pénètrent à l’intérieur du cornet des feuilles du maïs où elles s’alimentent en réalisant des perforations caractéristiques puis s’installent sur la panicule mâle. A la floraison, elles creusent des galeries dans la tige et l’épi. Très résistantes au froid, ces chenilles passent l’hiver dans les débris de récolte du maïs

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *