Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Lancement de huit fermes ambassadrices en Île-de-France

Pesticides

Pour la FNH, les financements seraient insuffisants pour réduire l’utilisation de pesticides

Cultures

Lancement de l’initiative Cap Chanvre pour favoriser le déploiement de la culture en France 

Energie

Signature d’une charte de bonnes pratiques sur l’agrivoltaïsme

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Modes de production

SIA 2018 : concilier « fast food » et « made in France »

Des fournisseurs français à 70 %, des contrats rassurants pour les producteurs et porteurs de pratiques durables : la chaine de restaurant McDonald's profite du Salon de l'agriculture pour mettre en avant sa démarche d'approvisionnement.

Par Eloi Pailloux - Publié le 27/02/2018 à 17:57

Commenter

Partager :

L’enseigne de restauration rapide McDonald’s veut profiter du Salon de l’agriculture pour communiquer auprès du consommateur. Régulièrement pointé du doigt pour la qualité nutritionnelle, voire gustative, de ses menus, McDo apporte un éclairage sur un autre aspect de son activité : son approvisionnement. Avec un message clair : l’enseigne privilégie le made in France.

Des contrats structurants…

Quatre filières sont mises en avant : bœuf, poulet, salade, pommes de terre. 70 % de la matière première proposée dans les restaurants français sont made in France. Avec les agriculteurs et leurs coopératives, McDonald’s met en place des contrats sur plusieurs années. Une manière de structurer les débouchés des exploitations. Tout en encourageant les agriculteurs à faire évoluer leur mode de production.

…et incitant au changement de pratiques

Ainsi, 75 % des 231 éleveurs de poulets travaillant avec la marque prennent des mesures pour le bien-être animal en utilisant de nouvelles litières. L’ensemble des 122 producteurs de salades utilisent au moins un produit de biocontrôle. Plus de 40 % des 649 des céréaliers produisant du blé ont recours à une fertilisation de précision pour utiliser moins d’intrants. Enfin, deux tiers des producteurs de pommes de terre se servent d’un guidage GPS pour pulvériser les pesticides, là aussi pour diminuer les quantités appliquées.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *