Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

Cultures

SIA 2019 – Un projet ambitieux pour plus de traçabilité sur les produits céréaliers

Proposer au consommateur de remonter l'origine des céréales, dans son pain ou sa bière, jusqu'au silo où il a été collecté… L'interprofession de la filière céréalière, Intercéréales, a annoncé y travailler, le 26 février lors du Salon de l'agriculture. Le projet est dans sa phase pilote.

Par Eloi Pailloux - Publié le 27/02/2019 à 15:35

Commenter

Partager :

Interrogés, dans le cadre d’un sondage, sur leurs attentes en matière d’information sur les produits céréaliers, 76 % des consommateurs répondaient « l’origine », en 2016. Un constat dont s’est emparé la filière céréalière, qui annonce le 26 février, lors du Salon de l’agriculture, travailler sur un système de traçabilité allant au-delà des impératifs réglementaires. « Il s’agit de montrer au consommateur d’où vient le blé de son pain, en remontant jusqu’au silo », précise Lionel Deloingce, vice-président d’Intercéréales, l’interprofession de la filière.

Lionel Deloingce et Cécile Adda, d’Intercéréales, espèrent qu’une traçabilité des céréales jusqu’au silo est à même de répondre aux attentes des consommateurs quant à l’origine des produits.

« Raconter » l’histoire des filières

Organismes stockeurs des céréales, meuniers, transformateurs… la structure espère que cette traçabilité « raconte l’histoire » des céréales. « Qui sait vraiment comment fonctionne un silo ? Comment travaille un meunier ? Nous voudrions permettre au consommateur de mieux les connaitre », précise encore Lionel Deloingce, vice-président d’Intercéréales. La démarche, encore à un stade pilote, sera dupliquée pour l’orge de brasserie et pour le maïs à destination des élevages. Et pourrait gagner toutes les céréales par la suite.

Traçabilité jusque dans les filières d’élevage

La démarche pose un certain nombre de difficultés technique, de l’aveu de ses porteurs, qui évoquent un projet « pharaonique » et s’attendent « à essuyer des plâtres ». Toutes les questions sont encore sur la table, y compris la manière de valoriser cette traçabilité auprès du consommateur. La finalité même de la démarche est à construire : « Du flash code sur l’emballage, quand il y en a, à la publicité sur le lieu de vente, nous devrons déterminer ce qui est le plus réaliste », glisse Cécile Adda, responsable durabilité chez Intercéréales. Pour le maïs à destination de l’élevage, la valorisation sur les produits carnés est à l’étude.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.