Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Abeilles

Sulfoxaflor : Hulot et Travert veulent que l’Anses analyse des « données complémentaires »

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) est invitée par Nicolas Hulot et Stéphane Travert, le 20 septembre, à rouvrir le dossier du sulfoxaflor. Cet insecticide, objet de polémiques liées à son potentiel impact sur les abeilles, avait été homologué le 27 septembre.

Par Eloi Pailloux - Publié le 23/10/2017 à 17:41

Commenter

Partager :

L’homologation du sulfoxaflor, molécule insecticide, défraye la chronique. Elle connait un rebondissement suite à une annonce commune des ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique, le 20 octobre. Nicolas Hulot et Stéphane Travert, « soucieux de l’état préoccupant des populations d’abeilles et autres pollinisateurs en France », demandent à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) de se repencher sur ce dossier. « L’Anses vient de recevoir des données complémentaires relatives aux risques du Sulfoxaflor », selon les deux ministres, qui attendent de l’Anses qu’elle les analyse « de façon prioritaire. »

L’Anses a trois mois pour analyser des « données complémentaires »

Considérée par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) et différentes ONG environnementales comme un « néonicotinoïde caché », cette molécule avait été homologuée le 27 septembre par l’Anses. Laquelle explique sur notre site que le sulfoxaflor appartient bien à une famille chimique différente des néonicotinoïdes.

Le Gouvernement donne trois mois à l’Anses pour éplucher les nouvelles données et déterminer si les autorisations de mises sur le marché de deux produits à base de sulfoxaflor sont à remettre en cause, ou non.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *