Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Politique

Julien Denormandie acte la fin du broyage des poussins mâles en 2022

Filières

Huiles essentielles, une nouvelle réglementation menace la filière

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

Bio

Bio, le marché augmente de 10,4 % en 2020

Filières

Une première IGP abricot en attente de validation

Signe d'un marché de plus en plus concurrentiel en Europe, la production d'abricots en France a chuté de 29% en 2020. Sur le territoire des Baronnies (Drôme), une solution pourrait être la création d’une IGP. Un dossier a été déposé le 1er juillet auprès de l’INAO, par le syndicat des abricots des Baronnies. Entre 100 et 150 agriculteurs pourraient être concernés à terme. Explications de Benoit Chauvin-Buthaud, conseiller en arboriculture à la Chambre d’agriculture de la Drôme.

Par Romane Gentil - Publié le 30/06/2021 à 11:05

Commenter

Partager :

Pour faire face à une concurrence croissante de l’Italie et de l’Espagne sur le marché de l’abricot, la filière française cherche à s’appuyer sur les gages de qualité. Dans la continuité de la création de l’AOP « abricots rouges du Roussillon » en 2016, le syndicat des abricots des Baronnies déposera auprès de l’INAO, ce Jeudi 1er juillet, un dossier de candidature pour bénéficier d’une Indication géographique protégée, IGP. Les résultats, prévus dans les prochains mois, sont attendus avec impatience par les acteurs de la filière.

Un gage de qualité

Pour Benoit Chauvin-Buthaud, conseiller en arboriculture à la Chambre d’agriculture de la Drôme et spécialiste du projet, la création d’une IGP « abricots des Baronnies » serait un véritable moyen de valorisation de la production. « L’IGP permettrait de passer d’une marque commerciale à un véritable signe officiel de qualité pour les abricots des Baronnies, et donc une garantie pour les consommateurs », explique-t-il. Elle assurerait ainsi l’absence de toute pratique nuisant à la qualité des produits (récolte précoce, stockage long).

Une démarche vitale pour les abricots des Baronnies

Sur le territoire semi-montagneux des Baronnies, (parc naturel régional situé à environ 50 km au nord-ouest d’Avignon), la production d’abricots fait en effet face à de nombreuses contraintes. L’IGP permettrait d’asseoir les fruits comme « Abricots de montagne », et de compenser la rudesse du terroir. « C’est la filière qui est en jeu, affirme Benoit Chauvin-Buthaud, le marché européen est de plus en plus tendu. Comme on ne se bat pas sur le rendement, il faut valoriser la qualité que le terroir apporte. »

Un moyen de fédérer la filière

A terme, l’IGP regrouperait de 100 à 150 agriculteurs, soit environ 70 % des producteurs d’abricots présents sur le territoire des Baronnies. Ce projet d’envergure pour la région permettrait ainsi de fédérer les acteurs de la filière, et de la structurer.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *