Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Bio

L’observatoire de la restauration collective bio montre la voie à la loi Égalim

Bio

Cantines : la Fondation pour la nature et l’Homme veut inscrire une aide de 330 M€ dans la loi

Climat

La Poste expérimente un financement à base de « crédits carbone » pour la gestion durable des haies

Alimentation

Les projets agricoles finalistes des « Excellences » Open Agrifood sont connus

Biodiversité

Rapport Planète vivante WWF : les activités humaines de plus en plus lourdes pour la biodiversité

Politique

Loi Égalim : les 20 % de bio dans les cantines en sursis

20 % de bio en restauration collective, ce serait créer un appel d'air pour le bio importé, selon les membres de la commission économique du Sénat, qui ont retiré la mesure du projet de loi Égalim. Des parlementaires veulent convaincre les sénateurs de réintroduire cette mesure lors de l'examen en séance plénière, à partir du 26 juin.

Par Eloi Pailloux - Publié le 20/06/2018 à 10:09

Commenter

Partager :

Photo : Julien Claudel

C’est sans doute le symbole le plus important de la loi Égalim qui est en passe de passer à la trappe. Les sénateurs de la commission économique du Sénat ont assoupli, les 12 et 13 juin, les modalités de l’objectif de 50 % de produits de qualité, durables et locaux dans la restauration collective publique. Dans le viseur : les 20 % de produits biologiques. « Le risque serait de voir les collectivités territoriales avoir recours à l’importation si de tels seuils étaient fixés », assure-t-on du côté de la commission. Qui préfère laisser le soin aux acteurs territoriaux de déterminer la part pouvant être supportée par les filières agricoles locales.

« Pas plus cher ou difficile à trouver », peste un sénateur

Une position qui fait jaser dans les couloirs du Palais du Luxembourg. Le sénateur du Morbihan Joël Labbé exprime sa déception dans une lettre cosignée par Gilles Pérole, élu à Mouans-Sartoux, où le 100 % bio est en vigueur. Pour eux, « le bio local n’est pas plus cher, ni plus difficile à trouver. » Les deux hommes politiques s’étonnent par ailleurs de l’inquiétude provoquée par l’importation d’aliments bio, quand « personne ne s’émeut de l’import d’aliments conventionnels. » Et invitent les sénateurs à réintroduire la mesure dans le texte qui sera étudié en séance plénière à partir du 26 juin.

En 2016, l’argument du prix avait déjà en partie contribué à l’échec de la proposition de loi de la députée Brigitte Allain, qui suggérait 20 % de bio et 40 % de local dans la restauration collective publique.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *