Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Le sénateur Didier Guillaume prend la tête du ministère de l’Agriculture

Élevage

La consommation d’œufs « hors cage » devient la norme

Pesticides

Start-up d’État contre le glyphosate : derrière la communication, quelle pertinence ?

Abeilles

Vers la transparence sur l’origine du miel

Élevage

S’engager pour rassurer : la filière viande en pleine mutation

Pesticides

Pesticides : plus de budget pour trouver des alternatives et les faire connaître

Réduire les usages de pesticides de 50 % à horizon 2025 : l'objectif du plan national Ecophyto est confirmé, le 27 juillet, par quatre ministres. La version « 2+ » du plan doit y contribuer. Deux mots d'ordre : trouver de nouvelles alternatives, et assurer leur déploiement sur le terrain.

Par Eloi Pailloux - Publié le 07/08/2018 à 10:21

Commenter

Partager :

Photo Cheikh Saidou ministère de l’Agriculture

Plan national issu du Grenelle de l’environnement, Écophyto connait sa troisième version. Ou plutôt, sa version « 2+ », conçue par le gouvernement pour aboutir à une réduction des usages de pesticides.

Des résultats « pas au rendez-vous »

Les objectifs de la version « 2 », à savoir -25 % de pesticides d’ici à 2020, puis 50 % à horizon 2025, est réaffirmé par quatre ministres, le 27 juillet : Agnès Buzyn (Santé), Nicolas Hulot (Transition écologique), Stéphane Travert (Agriculture) et Frédérique Vidal (Recherche). Dans un communiqué commun, ils reconnaissent que les résultats ne sont pour le moment pas au rendez-vous. Les usages de pesticides ont augmenté de plus de 12 % en valeur entre 2014 et 2016.

Le succès des réseaux de ferme Dephy

Pourtant, les quatre ministères estiment que certains aspects du plan présentent un bilan positif. C’est le cas du dispositif « Dephy », comprenant des réseaux de fermes régionaux testant en condition réelle des pratiques permettant d’utiliser moins de pesticides sans compromettre l’équilibre financier des exploitations (voir encadré). Le plan Écophyto 2+ doit ainsi mettre l’accent le transfert des résultats de ces quelques 3000 fermes vers le reste de l’agriculture.

Trouver de nouvelles alternatives

L’objectif affiché est également de dédier plus de ressources à la recherche de nouvelles alternatives aux pesticides. Au-delà des 30 M€ déjà annoncés par Frédérique Vidal le 20 juillet, les quatre ministres évoquent – sans entrer dans le détail – la possibilité de mobiliser les outils du grand plan d’investissement national. Les 71 M€ de crédits nationaux et régionaux consacrés chaque année à Écophyto doivent également être davantage fléchés « vers la recherche appliquée et le transfert de l’innovation, ainsi que le déploiement des collectifs d’agriculteurs. »

🔴 #Communiqué
👉 @N_Hulot @agnesbuzyn @StTRAVERT @VidalFrederique donnent une nouvelle impulsion au plan #Ecophyto #phytosanitaires
📎 https://t.co/3Ri4c2Om2d pic.twitter.com/6r1xaX2qxG

— Alim’Agri (@Min_Agriculture) 27 juillet 2018


Les résultats des réseaux Dephy

Entre l'entrée des exploitations dans les réseaux Dephy et la moyenne 2014-2015-2016, leur indice de fréquence de traitement a été réduit en moyenne de :
- 7 % en grandes cultures,
- 17 % en polyculture-élevage,
- 12 % en viticulture,
- 33 % en cultures légumières,
- 19 % en arboriculture.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *