Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

La baguette à 29 centimes de Leclerc ne passe pas au sein du secteur agricole

Élevage

Élevages d’insectes, un secteur qui grouille de perspectives

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Initiative

Alimentation durable des vaches, l’APBO et Bel renouvellent leur partenariat

Pour la cinquième année, le groupe Bel et l’Association des producteurs Bel de l’Ouest (APBO) seront partenaires en 2022. L'initiative vise à valoriser les efforts de 750 éleveurs bovins, notamment en ce qui concerne la réduction de l'empreinte environnementale de l'alimentation des vaches, grâce à des prix et bonus garantis.

Par Eloi Pailloux - Publié le 15/12/2021 à 15:11

Commenter

Partager :

Initiée en 2017, le partenariat entre le groupe Bel et l’Association des producteurs Bel de l’Ouest (APBO) est reconduit en 2022, suite à la signature d’un nouvel accord, actée le 6 décembre. Deux nouveautés sont proposées aux 750 éleveurs de l’APBO : un prix de référence pour le lait produit selon le cahier des charges « MonBBLait » revu à la hausse, et une prime d’engagement pour une alimentation animale 100 % européenne.

406 € pour mille litres.

Le cahier des charges MonBBLait s’appuie notamment sur deux critères : une nourriture sans OGM pour les vaches, et un accès au pâturage garanti. Le prix de référence du lait issu de cette filière est revalorisé, par rapport à l’accord de 2021 : il est fixé à 377 euros pour mille litres, soit 2,6 % de plus. Concernant l’alimentation 100 % européenne, elle fait l’objet d’une nouvelle prime spécifique de 5 euros pour mille litres. Celle-ci sera appliquée à partir d’octobre 2022, pour laisser le temps à l’ensemble des éleveurs de l’APBO de se conformer à cette exigence. En ajoutant ce bonus aux autres primes proposées, et au prix de base du lait, Bel et l’APBO se projettent sur un prix moyen payé de 406 € pour mille litres.

Bas carbone et autonomie protéique

Les deux partenaires insistent sur le caractère durable de ces engagements, avec une réduction de l’impact écologique de l’alimentation, et notamment de son empreinte carbone. En septembre, lors du salon Produrable, l’APBO présentait déjà ses efforts pour inciter ses adhérents à s’orienter vers le bas carbone : l’intégralité des exploitations auront réalisé un diagnostic carbone CAP’2ER en 2022, tandis qu’un réseau de quinze fermes pilotes s’engage pour améliorer les techniques d’élevage afin, entre autres, de développer leur autonomie protéique et limiter les émissions de méthane.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *