Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

La lavande a pratiquement doublé ses surfaces françaises en dix ans

Abeilles

Un projet de décret éclaircit l’origine des différents miels en cas de mélange

Modes de production

Coup de froid pour les partisans des serres chauffées en bio

Modes de production

Serres chauffées en bio, ultimes passes d’armes entre partisans et opposants avant la décision de l’Inao

Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Politique

Interdiction du glyphosate dans la loi, encore raté !

L'interdiction du glyphosate, inscrite dans la loi française ? Un feuilleton aux multiples rebondissements. Dernier en date : une proposition de loi de La France Insoumise a été rejetée, le 13 février, par la commission des lois de l'Assemblée nationale.

Par Eloi Pailloux - Publié le 13/02/2019 à 17:04

Commenter

Partager :

La commission des lois de l’Assemblée nationale a rejeté, ce 13 février, une proposition de loi émanant du groupe La France Insoumise (LFI). L’objectif de ce texte ? Interdire le glyphosate à partir du… 27 novembre 2020. Une date très précise, qui correspond en fait à l’annonce de Emmanuel Macron, sur Twitter en 2017, de voir la molécule herbicide exclue des pratiques agricoles « au plus tard dans trois ans ».

« Ce serait un non-sens d’interdire un produit alors que nos partenaires européens continuent de l’utiliser pour produire des aliments qui se retrouvent librement dans nos étals », a réagi le député LREM Jean-Baptiste Moreau. Il prône donc une action auprès de l’Europe en parallèle des démarches engagées en France pour se passer du glyphosate. Ce nouvel épisode vient enrichir un feuilleton au long cours.

Nouveau rendez-vous en 2021 ?

Si le président de la République a effectivement annoncé son intention, dès 2017, de « sortir » du glyhosate, il a toutefois opéré, le 24 janvier dernier, un léger rétropédalage, reconnaissant la difficulté d’atteindre cet objectif. Entre-temps, le ministère de la Transition écologique François de Rugy avait pourtant validé l’idée d’une loi « couperet », si jamais les démarches engagées d’ici là n’étaient pas couronnées de succès, mais seulement en 2021.

La présence d’une telle mesure dans le projet de loi post-Égalim avait déjà suscité de nombreux débats courant 2018. « Nous avons fait le choix de la confiance en l’agriculture, plutôt que celui de la méfiance et de la contrainte », plaidait encore Jean-Baptiste Moreau, rapporteur de la loi, le 17 janvier 2019 lors d’un point d’étape de la mission parlementaire dédiée à la « sortie » du glyphosate.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *