Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Labels

Plus de 8000 exploitations certifiées HVE en 2020

Agro-écologie

Af-Ter, lancement d’un fonds de financement pour l’agroforesterie

Alimentation

Open Agrifood souhaite un ministère de l’Alimentation collectif

Alimentation

Le ministre de l’Agriculture signe une charte de mise en avant des produits frais et locaux

Initiative

Avec Cultivons demain, objectif 1 milliard d’euros pour adapter l’agriculture au changement climatique

Biodiversité

La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »

Un rapport publié le 19 octobre par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) souligne la poursuite du déclin de la biodiversité au sein de l’UE, et le manque d’implication des Etats membres à ce sujet. Les pratiques agricoles intensives et l’étalement urbain sont principalement mis en cause. Dans le même temps, la Commission européenne a annoncé la création d’un centre de connaissances pour protéger les écosystèmes européens.

Par Laure Hänggi - Publié le 22/10/2020 à 18:17

Commenter

Partager :

« Le bilan de santé le plus complet jamais réalisé dans l’UE ». C’est en ces termes que le commissaire européen à l’environnement, Virginijus Sinkevičius parle du rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), publié le 19 octobre. Le constat n’est pas très positif. « La majorité des espèces protégées dans l’UE ainsi que les habitats allant des prairies aux dunes dans toute l’Europe, sont confrontés à un avenir incertain, à moins que des mesures supplémentaires ne soient prises d’urgence pour remédier à la situation », affirme ainsi le document. Au niveau de l’UE, 81 % des habitats seraient dans un état de conservation mauvais ou médiocre.

Un déclin lié surtout à l’Homme

L’agriculture intensive, l’étalement urbain et les pratiques forestières non-durables sont les principales menaces pour la nature citées par le document. Le changement climatique, mais aussi l’abandon des terres agricoles, contribuant au déclin des habitats semi-naturels telles que les prairies, et des espèces qu’elles abritent, sont aussi mises en cause.

Des efforts insuffisants

Le document souligne par ailleurs la mauvaise, si ce n’est l’absence de mise en oeuvre des directives européennes sur ces enjeux. Le document note toutefois des améliorations, surtout à l’échelle régionale, notamment dans les sites Natura 2000. Un quart des espèces présentent un bon état de conservation au niveau de l’UE, soit une augmentation de 4 % par rapport à la période couverte par le précédent rapport. Mais ces efforts n’ont pas été suffisants pour atteindre les objectifs de la stratégie pour la biodiversité 2020. Ainsi, par rapport à la période du précédent rapport, la part des habitats dont l’état de conservation est mauvais a augmenté de 6 %. Les ambitions fixées par le Green Deal, et notamment la stratégie pour la biodiversité à horizon 2030 sont des opportunités à ne pas manquer pour les auteurs du rapport.

Rassembler des données solides

C’est dans ce contexte que la Commission européenne a annoncé, le 21 octobre, le lancement d’un centre de connaissances pour enrayer la perte de biodiversité et protéger les écosystèmes européens. Celui-ci centralisera toutes les connaissances scientifiques sur la restauration et la protection des écosystèmes naturels. Le centre mettra à disposition les savoirs les plus récents sur la biodiversité, dans le but de renforcer l’impact des politiques de l’UE. Il contribuera également à assurer le suivi de la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030. « Seul ce qui est mesuré aboutit à des résultats concrets. Si nous voulons que la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité réussisse, nous devons relier toutes nos actions et pour cela, nous avons besoin de données solides, qu’il s’agisse de l’état des pollinisateurs, de l’impact environnemental des pesticides, de la valeur de la nature pour les entreprises ou de la dimension économique des solutions fondées sur la nature », assure Virginijus Sinkevičius.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *