Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et riverains, le Conseil d’État refuse d’annuler l’arrêté du gouvernement en urgence

Initiative

Bien-être animal, de plus en plus d’acteurs s’investissent dans un système d’étiquetage

Labels

La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio

Élevage

Guillaume annonce la fin de la castration des porcelets et du broyage des poussins pour 2021

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Labels

La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio

Dis moi quel label tu privilégies dans ton assiette, je te dirai à quelle génération tu appartiens… Une étude publiée fin janvier se penche sur les attentes des millenials, les 18-35 ans, concernant les signatures de qualité et/ou d'origine, de leurs aliments. Retour sur ses conclusions, qui révèlent notamment une confiance relative dans le bio.

Par Eloi Pailloux - Publié le 07/02/2020 à 08:25

Commenter

Partager :

Les millenials, cette tranche de la population née entre le début des années 80 et la fin des années 90, est caractérisée par différentes spécificités, comme le fait qu’ils n’ont pas connu les tensions liées à la guerre froide, ou encore le fait qu’ils ont appréhendé l’informatique suffisamment jeunes pour en avoir une maîtrise intuitive. Mais quel est leur profil en termes alimentaires ? Une étude menée par l’école d’ingénieurs de Purpan s’intéresse à leurs préférences en la matière, et notamment aux labels qui leur parlent.

Bio, label le plus connu, mais pas le préféré

Constat global : les millenials ne classent pas leurs critères d’achat dans le même ordre que la population globale, qui privilégie d’abord le goût, le vrai (notamment l’origine locale) et enfin le sens (qui compte les critères environnementaux par exemple). Les 18-35 ans, qui ont grandi dans une société s’intéressant de plus en plus à l’écologie, placent en tête de leurs attentes le sens, avant le vrai puis le goût.

Dans le détail, les millenials, également appelés génération Y, ont un attrait tout relatif pour le bio, même si celui-ci est de loin le label le plus identifié (à 98 %). Sur neuf labels proposés (1), le bio n’est classé que cinquième par les sondés, sur des critères de « confiance » (sincérité, crédibilité, bienveillance), « avec un résultat particulièrement faible sur la note de sincérité », puisque seuls 61,6 % des 18-35 ans interrogés le trouvent « sincère ».

Plus jeunes, plus de confiance dans les labels

Sur un groupe de variables comptant le respect de l’environnement, la santé, l’appréciation du goût, du local, le contrôle et la transparence, le bio se classe même sixième, derrière des signatures plus récentes et non-attribuées par l’État, comme Bleu Blanc Cœur ou le label Zéro résidu de pesticide. Le bio est ici plombé par ses lacunes présumées sur les critères « local » et « qualité gustative ».

L’étude se penche enfin sur les préférences des plus jeunes (18-21 ans), parmi la génération Y. Ils s’avèrent être bien plus confiants dans les labels que leurs aînés, avec un intrus notable… le bio, seul label pour lesquels ils sont plus méfiants que l’ensemble de l’échantillon.

(1) Agriculture biologique, Label rouge, Appellation d’origine protégée, Zéro résidu de pesticide, Bleu Blanc Cœur, Médaillé au concours agricole, Viande de France, Sud de France, Fabriqué en Aveyron.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *