Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Quand la Route du Rhum met en lumière le lin et des abeilles

Bioéconomie

Une coopérative teste un biocarburant issu des effluents d’abattoir

Initiative

Portrait – Benjamin Foudral, conservateur agricole

Energie

Le ciel se dégage pour l’agrivoltaïsme

Alimentation

JO 2024, la France veut une alimentation locale et durable

ÉlevageEtude

L’Insee révèle qu’un éleveur en viande sur quatre vit sous le seuil de pauvreté

Les éleveurs possèdent un niveau de vie plus bas que l’ensemble des agriculteurs français. C’est ce que révèle la dernière publication de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), parue le 11 octobre. Le document fait un état des lieux de la situation économique du secteur agricole, qui représente 1,5 % de l’emploi du pays.

Par Laure Hänggi - Publié le 15/10/2021 à 11:41

Commenter

Partager :

Dans sa publication Insee Première n°1876, parue le 11 octobre, l’Institut national de la statistique et des études économiques dresse le bilan économique du secteur agricole. Le document révèle notamment que le milieu contient des disparités de revenus importantes, largement liées à la diversité de nature des productions. Les filières d’élevage possèdent les revenus et le niveau de vie les plus faibles.

11 300 euros par an pour les éleveurs bovins

Plus précisément, les territoires d’élevage en viande sont les plus concernés par la pauvreté : un agriculteur sur quatre vit sous le seuil de pauvreté. A titre d’exemple, le revenu moyen annuel des élevages bovins s’élevait à 11 300 euros en 2018. C’est le plus faible du secteur, notamment en raison de la présence faible de revenu complémentaire au sein des foyers. Les élevages bovins lait, de granivores, le maraîchage et l’horticulture sont également concernés par des revenus faibles, qui contribuent peu aux ressources des ménages (38 % pour l’élevage et 20 % en maraîchage et horticulture). Les revenus des exploitations de grandes cultures spécialisées et les cultures fruitières sont proches de la moyenne nationale, notamment en raison des activités salariées secondaires, exercées par le conjoint ou l’agriculteur lui-même. Finalement, les territoires viticoles et les grandes cultures sont les plus aisés, et le revenu agricole y représente 40 % des revenus des ménages.

18 % d’agriculteurs sous le seuil de pauvreté

Plus généralement, le secteur agricole a un niveau de vie annuel médian comparable à l’ensemble des ménages percevant des revenus d’activité. Cependant, les exploitants sont davantage exposés à la pauvreté monétaire (18 % vivent sous le seuil de pauvreté, contre 13 % sur le reste des ménages français). En moyenne, le revenu agricole représente un tiers des ménages, soit 17 700 euros. L’Insee rappelle également l’enjeu de la transmission des exploitations, dont s’est notamment emparé le Gouvernement en juillet, à travers une campagne de communication : plus de la moitié des agriculteurs ont 50 ans ou plus.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.