Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

Politique

Transition écologique, un Grand débat mais de petites mesures, selon les ONG environnementales

L’environnement, cinquième roue du carrosse ? C’est le sentiment exprimé par plusieurs associations environnementales suite aux annonces du Président de la République, consécutivement au Grand débat national, le 25 avril. La transition écologique et l'urgence climatique apparaissent au second plan.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 29/04/2019 à 11:58

Commenter

Partager :

« Déception », « pas suffisant », « opportunité ratée »… Les associations écologistes affichent une déception unanime. Après de longues semaines de Grand débat, pendant lesquels l’agriculture a été plusieurs fois évoquées par Emmanuel Macron, les conclusions du chef de l’État, énoncées le 25 avril, se limitent à trois points, peu ou indirectement liés au secteur agricole :

– La réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese) en un Conseil de la participation citoyenne pour lequel 150 citoyens seront tirés au sort dès le mois de juin afin de participer à cette assemblée. Il aura pour première mission «de travailler sur le climat, de redessiner toutes les mesures concrètes d’aide aux citoyens sur la transition climatique dans le domaine des transports, de la rénovation des logements, qu’il s’agisse de l’isolation ou du chauffage, pour les rendre plus efficaces ».

– La création d’un Conseil de défense écologique, présidé par Emmanuel Macron. Il réunira le Premier ministre et les principaux ministres chargés de cette transition « pour à la fois prendre les choix stratégiques et mettre au cœur de toutes nos politiques cette urgence climatique».

– La volonté de défendre, au niveau européen, un prix minimum du carbone ou une taxe carbone aux frontières

Dans un communiqué, WWF France synthétise le sentiment global des ONG environnementalistes : « Face à l’urgence climatique, le Président répond par la création de nouvelles instances, comme un nouveau Conseil de défense écologique aux contours et prérogatives encore flous, et à l’échelle européenne où sa capacité à convaincre ses homologues dépend justement des décisions prises en France. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *