Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Biodiversité

La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »

Cultures

L’Occitanie avance sur la structuration de la filière légumineuses

Alimentation

Agribalyse souligne les limites de l’impact environnemental de l’alimentation

Modes de production

Ynsect construit la plus grande ferme verticale du monde

Politique

Betterave, les députés valident des dérogations pour les néonicotinoïdes

Climat

Emmanuel Macron valide les mesures agricoles de la Convention pour le climat

La Président de la République, Emmanuel Macron, s’est exprimé, dans un discours très attendu, sur les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Il a affirmé que 146 des 149 mesures seraient transmises au Gouvernement ou soumises à référendum, validant de fait celles concernant le secteur agricole.

Par Laure Hänggi - Publié le 01/07/2020 à 18:34

Commenter

Partager :

Les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, transmises le 21 juin au Président la République, avaient inquiété le secteur agricole. La réponse d’Emmanuel Macron était donc vivement attendue. Son discours, prononcé le 29 juin, n’a pas rassuré. Ce dernier a en effet confirmé qu’il retenait 146 des 149 propositions de la Convention. Les mesures laissées de côté – trois « jokers » étaient prévues – concernent la taxe de 4 % sur les dividendes des entreprises, la limitation à 110 km/heure et la modification du préambule la Constitution. Les propositions liées au secteur agricole seront donc de fait transmises au Gouvernement, au Parlement ou soumises à referendum. Des groupes de travail permettront d’associer les membres de la Convention à la concrétisation de ces propositions.

Souveraineté alimentaire et accords internationaux

Ne s’aventurant pas sur les sujets glissants de l’utilisation des pesticides, par exemple, Emmanuel Macron a fait mention du sujet agricole à travers la question de la souveraineté alimentaire : « Nous devons renforcer notre capacité à produire des protéines, pour réduire nos importations. » Annoncé depuis près d’un an, le Plan protéines du Gouvernement devrait être présenté, selon le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, à la rentrée. Au niveau international, le Président a assuré « qu’aucun accord ne sera signé avec des Etats ne respectant pas l’accord de Paris ». En ce qui concerne le Ceta, l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada, mis en place de manière transitoire actuellement, ce dernier a affirmé que si des évaluations montraient qu’il n’était pas conforme à l’Accord de Paris, « [il serait] le premier à proposer qu’on l’abandonne ».

Une enveloppe de 15 milliards d’euros

Le dynamisme et la qualité de vie dans les territoires ont été également été abordés. « Le développement des circuits courts et la sanctuarisation des terres agricoles y contribuent. Vous voulez allez plus loin pour atteindre le zéro artificialisation nette, allons-y », a ainsi déclaré le Président. Quant à la notion d’écocide, qui avait provoqué de nombreux remous suite à la proposition de l’inscrire dans la réglementation, Emmanuel Macron s’est dit favorable à l’étude de la manière dont celle-ci pourrait être intégrée au droit français, « mais pas dans la rédaction proposée ». 15 milliards d’euros seront injectés sur deux ans pour assurer cette transition du modèle économique.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Emmanuel Macron valide les mesures agricoles de la Convention pour le climat”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *